in

CAN 2021 : Le possible onze type…

Avec le sacre du Sénégal hier, la Coupe d’Afrique des Nations s’est achevée. Dans le onze type de la compétition, on retrouve bien entendu des Lions de la Téranga mais aussi des Égyptiens, Camerounais et Burkinabés qui ont aussi brillé lors de cette 33ème édition de la CAN.

La Coupe d’Afrique des Nations 2021 a offert de belles histoires. Celle du meilleur de la compétition est peut-être l’une des plus intéressantes. Remplaçant de Mohamed El-Shenawy, Mohamed Abou Gabal dit Gabaski (33 ans/Égypte) ne comptait que deux sélections avant la compétition. Entré en jeu à la 88e minute du huitième de finale contre la Côte d’Ivoire, il a fait oublier le titulaire du poste. Repoussant le tir d’Éric Bailly aux tirs au but (0-0/5-4), il a qualifié son équipe avant d’être encore brillant contre le Maroc (2-1 a. p.). Diminué, il a joué contre le Cameroun en demi-finale et a encore brillé aux tirs au but avec deux arrêts (0-0, 3 t. a. b. à 1). Auteur de huit arrêts en finale et repoussant le tir au but de Bouna Sarr, il a failli marquer l’histoire de son pays, mais il a clairement marqué celle de la compétition. Pour l’accompagner en défense, son partenaire Mohamed Abdelmonem (23 ans/Égypte) est un choix logique. Se révélant au fil de la compétition, le joueur d’El-Ahly a su prendre ses responsabilités après la blessure d’Ahmed Hegazy. Si l’Égypte n’a concédé que deux buts, il en est l’une des raisons.

Le PSG en exhibition

Avec lui, les Étalons affichent un autre visage. Excellent au Bayer Leverkusen, Edmond Tapsoba (23 ans/Burkina Faso) a confirmé en sélection. Manquant le premier match pour cause de Covid-19, il a ensuite stabilisé son équipe avec notamment un gros match en quart de finale contre la Tunisie (1-0). Une compétition de patron qui lui offre une place dans cette charnière type. Le troisième élément n’est autre qu’Abdou Diallo (25 ans/Sénégal). Formant une charnière solide (2 buts concédés) avec Kalidou Koulibaly, le Parisien a été le chaînant manquant qu’il manquait aux Lions de la Téranga en 2019. Très complémentaire de son compère, il a su faire parler son sens de l’anticipation et tout son talent.

Piston droit de cette formation, Achraf Hakimi (23 ans/Maroc) a pris en épaisseur. S’affirmant avec les Lions de l’Atlas, le Parisien a inscrit deux buts lors de cette compétition sur coup franc et a semé la zizanie dans son couloir. C’est ainsi qu’il a obtenu un penalty contre l’Égypte (2-1 a. p.) qui aurait pu être déterminant en quart de finale. De l’autre côté, c’est un autre joueur du championnat de France, Saliou Ciss (32 ans/Sénégal) qui prend place. Le Nancéien a apporté beaucoup dans son couloir gauche où il n’a pas lésiné sur les efforts. Obtenant un penalty en finale, il a montré une grosse personnalité. Précieux dans l’élaboration du jeu burkinabé, Blati Touré (27 ans/Burkina Faso) a régalé par son jeu de passe. Le joueur de Pyramids FC, qui a marqué et délivré une offrande, a été l’un, si ce n’est le milieu le plus influent dans le jeu de sa sélection.

Un trio magique

Habituellement à la cave avec Arsenal, où il n’est plus dans les plans de Mikel Arteta, Mohamed Elneny (29 ans/Égypte) a retrouvé des couleurs lors de cette CAN 2021. Multipliant les efforts dans l’entrejeu tel un chien fou, le milieu de terrain des Pharaons a été important dans la transition et a multiplié les courses entre la défense et l’attaque sans sourciller. Si son équipe a été si difficile à manœuvrer, il en est l’une des raisons. Son partenaire, Mohamed Salah (29 ans/Égypte) a lui aussi sa place sur le front de l’attaque. S’il n’a pas été toujours trouvé dans les meilleures conditions, il a été volontaire et a su être clinique quand il le fallait. Auteur de deux buts et une offrande, il a notamment livré un match XXL en quart de finale pour éliminer le Maroc (2-1 après prolongations).

Son coéquipier de Liverpool Sadio Mané (29 ans/Sénégal) prend l’autre aile. Offrant à son premier la toute première Coupe d’Afrique des Nations de son histoire, l’ancien joueur du FC Metz a su faire valoir son leadership. Seul buteur des Lions de la Téranga en phase de poules, il a marqué contre le Cap-Vert en huitième de finale (2-0), délivré une offrande en quart contre la Guinée-Équatoriale (3-1) puis marqué et délivré une offrande en demi-finale contre le Burkina Faso (3-1). C’est lui qui marque aussi le tir au but victorieux contre l’Égypte en finale (0-0/4-2 aux TAB). Enfin pour conclure, Vincent Aboubakar (30 ans/Cameroun) se retrouve en pointe de l’attaque. Prenant ses responsabilités rapidement, le capitaine camerounais a livré un tournoi hors-norme avec huit buts pour porter les Lions Indomptables.

Le banc de touche

Certains joueurs qui auraient pu aussi figurer dans ce onze type ont échoué de justesse, mais méritent une mention. Dans les buts, on pense à Édouard Mendy (29 ans/Sénégal) qui a été solide au long de la compétition. Décisif en finale, il a réalisé un arrêt déterminant sur le tir au but de Mohanad Lasheen pour donner la victoire à son pays. Difficile de ne pas parler aussi du roc défensif Kalidou Koulibaly (30 ans/Sénégal). Ne concédant que deux buts au cours de la compétition, le Sénégal a été très solide et c’est grâce à son tandem avec Abdou Diallo. Mention spéciale aussi à Romain Saïss (31 ans/Maroc) qui a multiplié les exploits et les interventions de grande classe. Les latéraux Collins Fai (29 ans/Cameroun) et Issa Kaboré (20 ans/Burkina Faso) ont été remuants dans leurs couloirs et ont nettement participé aux bons parcours de leurs sélections respectives.

Dans l’entrejeu, Amr El-Solia (31 ans/Égypte) a été un vrai stabilisateur pour le milieu égyptien et mérite d’être mis en avant. Meilleur passeur de la compétition avec Issa Kaboré avec trois offrandes, Martin Hongla (23 ans/Cameroun) a aussi sorti le grand jeu avec les Lions Indomptables. Pensionnaire de Quevilly, Gustavo Sangaré (25 ans/Burkina Faso) a aussi participé à la compétition probante des Étalons. Portant la Gambie avec deux buts – dont un historique pour se qualifier en quart de finale – et deux offrandes, Musa Barrow (23 ans/Gambie) a livré un tournoi de haute facture. Même son de cloche pour le Lyonnais Karl Toko-Ekambi (29 ans/Cameroun), deuxième meilleur buteur de la compétition avec 5 buts. Auteur de trois buts sur la compétition, Sofiane Boufal (28 ans/Maroc) a été le leader offensif de sa sélection tandis qu’Iban Salvador (26 ans/Guinée-Équatoriale) a régalé avec le Nzalang Nacional.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

PSG : La première recrue de Zinedine Zidane

Ligue 1 : Bixente Lizarazu a fait son choix…