in

Yann Bisseck, la “montagne qui marche” qui a consolidé le plus grand mur d’Europe

L’Inter, adversaire de l’Atlético en huitièmes de finale de la Ligue des champions, se vante fièrement de la meilleure défense des grandes ligues : Sommer n’a encaissé que 7 buts en 17 journées de championnat et a gardé sa cage inviolée à 12 reprises.

Dans le “mur” formé par Darmian, Acerbi et Bastoni, un espace s’est ouvert – en grande partie grâce aux blessures de Pavard et De Vrij – au prometteur Yann Aurel Ludger Bisseck (Cologne, 29-11-2000). L’ancien du Cologne, qui en 2017 est devenu le plus jeune joueur allemand (16 ans, 11 mois et 18 jours) à faire ses débuts en Bundesliga.

Six ans plus tard, il continue de battre des records de précocité. Il a profité de la victoire contre Lecce (2-0) pour devenir le premier défenseur de l’Inter né après 2000 à marquer en Serie A. “Bis”, comme on le surnomme, a imposé ses 196 centimètres de taille pour reprendre de la tête un coup franc de Calhanoglu. Le défenseur a en fait capitalisé les attaques, surtout sur coup de pied arrêté : il a été le joueur qui a tiré le plus (4) et, alors qu’il était à 0-0, il a envoyé un ballon sur le poteau.

En défense, on ne peut lui reprocher grand-chose : Yann Bisseck enchaîne trois matches de Serie A comme titulaire et, dans les trois, l’Inter a gardé sa cage inviolée. Lors du premier d’entre eux, contre l’Udinese (4-0), il s’est montré particulièrement à l’aise avec le ballon : il a été le joueur qui a effectué le plus de passes (107 sur 112).

“Le prototype du défenseur du futur”

L’ancien de l’Aarhus, recruté cet été pour 7 millions d’euros, se distingue par son physique exubérant. “C’est une montagne qui marche. La puissance de ce gamin est incroyable. Je le considère comme un défenseur atypique qui correspond au prototype du défenseur du futur”, a reconnu David Nielsen, son premier entraîneur au Danemark.

À l’Aarhus, il a laissé son empreinte de défenseur buteur : la saison dernière, il a marqué cinq buts en 35 matches. “La Gazzetta”, quant à elle, met en avant sa personnalité : “Il prend le ballon et ose aller de l’avant dans des situations de jeu inappropriées pour un défenseur, surtout de sa taille. Et c’est que, même s’il mesure près de 2 mètres, il a une coordination enviable avec le ballon au pied. De plus, c’est un mur en défense”.

Eto’o veut le recruter pour le Cameroun

Le bon travail de Yann Bisseck n’a pas échappé à un interiste de choc : Samuel Eto’o. Le défenseur a été capitaine de l’Allemagne lors du dernier Championnat d’Europe des moins de 21 ans, mais il a des racines camerounaises et le président des “Lions Indomptables” veut en profiter pour le convaincre de jouer la Coupe d’Afrique en janvier. Pas facile, ça…

Malgré son début précoce, Bisseck n’a disputé que trois matches avec l’équipe première du Cologne. Il a été prêté au Holstein Kiel (Deuxième division), au Roda JC et au Vitória Guimarães avant de rejoindre l’Aarhus, d’abord en prêt puis transféré en 2022.

Les problèmes d’adaptation et de blessures – au pied et aux ligaments du genou – ont freiné sa progression. Au Danemark, enfin, la “montagne qui marche” a retrouvé son rythme et brille désormais à l’Inter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les blessures font des ravages chez Reece James

Fabrizio Romano lâche la bombe Alphonso Davies : ce que Florentino attendait