in

Le Real Madrid, ferme sur Mbappé

« Il passe son temps à compter ses billets », la presse espagnole allume Kylian Mbappé

Dans 17 jours, le 1er janvier 2024, le marché entre dans la « zone Mbappé ». Le moment où Kylian peut, légalement, négocier avec l’équipe de son choix. Une équation où, évidemment, le Real Madrid est l’autre grande variable. Et la position du club blanc est claire à ce sujet, la fermeté. C’est ce qui se dégage en interne. Loin de la position du passé, où on imaginait le joueur de Bondy comme la pierre angulaire sur laquelle on prévoyait de fonder le projet, les événements ont changé la façon d’aborder le potentiel transfert. En 2022, avec tout profilé pour son arrivée, Mbappé a fait demi-tour. Cette fois, le contexte est différent. Mbappé oui, mais pas à n’importe quel prix.

La qualité du joueur est incontestée et actuelle (18 buts cette saison). Son impact médiatique est également titanesque. C’est pourquoi le plan de se l’attacher reste latent. Comme l’a déjà détaillé AS, l’offensive blanche arrivera au Nouvel An. C’est là que le club fera sa proposition contractuelle à Mbappé, par l’intermédiaire de sa mère et représentante, Fayza Lamari. Cependant, après l’expérience de 2022, le Real Madrid cherchera une réponse définitive avant une date limite : le 15 janvier. Il est compris en interne que cela laisse suffisamment de temps à Kylian pour décider s’il veut jouer au Real Madrid. Une façon, en outre, de ne pas conditionner la planification de la saison 2024-2025 et d’articuler les mouvements nécessaires pour les plans en réserve (Haaland).

Cependant, et c’est là la fermeté, la succession d’événements depuis la photo de Kylian posant au Parc des Princes, avec un maillot avec un symbolique 2025 sérigraphié, renforce la position de force du Real Madrid. De prime abord, ce 2025. Par courtoisie envers le PSG, Mbappé a accepté de poser de cette manière, mais conscient que le « plus un » de sa prolongation de deux ans ne serait pas tel. Il voulait la liberté de choisir son avenir en 2024 et il l’aura. Comme en 2022, mais ici entrent en jeu les autres facteurs qui renforcent le Real Madrid face au transfert interminable : la progression de Vinicius et Rodrygo et le succès rotunde de Bellingham.

Un nouvel horizon

En quelques matches (19, avec 16 buts), Jude a confirmé, et même dépassé, les rapports qui ont poussé le Real Madrid à se lancer dans son recrutement. Vini, propriétaire du flanc gauche que Kylian aspire à occuper, a évolué pour devenir, selon les mots d’Ancelotti à plusieurs reprises, le « joueur le plus décisif du monde ». Pendant ce temps, Rodrygo a explosé en tant que joueur différentiel après un début hésitant (neuf buts et six passes décisives cette saison). Un simple coup d’œil à Transfermarkt montre la considération planétaire du trio. Mbappé et Haaland sont les plus précieux du monde (180 millions d’euros), mais ensuite apparaissent Vinicius et Bellingham, avec 150 millions d’euros. Et il suffit de se concentrer sur la dixième place pour trouver Rodrygo et ses 100 millions d’euros. Il y a un an et demi, ni Jude n’était au club ni le duo brésilien ne se mouvait dans sa dimension actuelle.

À partir du 1er janvier, la tempête se déchaînera, mais elle le fera dans des paramètres dans lesquels le Real Madrid se déplacera avec confort. Au Paseo de la Castellana, l’opération est observée avec patience. On n’oublie pas le talent de Mbappé ni le bond de qualité qu’il représenterait pour l’effectif, mais sans comprendre le potentiel transfert comme une mesure urgente et vitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“BILD” révèle la fête du vestiaire du Real Madrid en Allemagne : une grande soirée

Anna Lewandowska donne plus d’indices sur l’avenir de Robert