in

Le premier capitaine de l’équipe de France en Coupe du monde a été abattu le lendemain de Noël

Alex Villaplane a été capitaine de la France lors de son tout premier match de Coupe du monde en 1930, mais a ensuite travaillé pour les nazis avant d’être condamné à mort et abattu le lendemain de Noël.

Le premier capitaine français de la Coupe du monde a été abattu par un peloton d’exécution le lendemain de Noël 1944 après avoir pris parti pour Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alex Villaplane avait porté le brassard pour les débuts de la France en Coupe du monde contre le Mexique en 1930, un moment qu’il avait décrit comme « le plus beau jour de ma vie ».

Cependant, après s’être impliqué dans la Gestapo française à la suite de l’occupation allemande de la France, il a ensuite été condamné à mort et abattu par un peloton d’exécution à la périphérie de Paris.

Villaplane et les sept autres personnes avec lesquelles il a été exécuté ont été condamnés comme faisant partie des traîtres les plus méprisables de l’histoire de France.

Né en Algérie en 1905 avant de s’installer en France à l’âge de 16 ans, Villaplane est également devenu le premier joueur nord-africain à jouer pour la France.

Il a d’abord joué pour le club local du FC Sete avant de déménager à Nîmes en 1927 et était vénéré pour sa présence aérienne et sa capacité de passe au début de sa carrière.

Cependant, il a également été critiqué pour son style de vie somptueux, bien que la majeure partie de sa carrière se soit déroulée avant l’introduction du professionnalisme dans le football français.

Il a ensuite joué pour le Racing Club de Paris, Antibes, Nice et Bastidienne de Bordeaux.

À Antibes, il a été considéré comme l’un des principaux comploteurs après que le club eut truqué un match en route pour remporter le titre de champion.

Il part pour Nice peu après, où il est régulièrement verbalisé pour ne pas s’être présenté à l’entraînement.

Villaplane a été emprisonné en 1935 pour avoir truqué des courses de chevaux et était impliqué dans la contrebande d’or au moment où les nazis ont envahi la France en 1940.

Il a été recruté par Henri Lafont pour former un groupe qui allait devenir la Gestapo française, connue pour traquer les Juifs, la résistance et autres ennemis du Reich.

Plus tard, il a été choisi pour diriger la Brigade Nord Africain, un escadron de combattants composé d’immigrants qui était tristement célèbre pour sa cruauté.

Après la libération de Paris en 1944, Villaplane est retrouvé et jugé pour ses crimes.

Lors de son procès, le procureur a déclaré : “Ils ont pillé, violé, volé, tué et fait équipe avec les Allemands pour des outrages encore pires, les exécutions les plus horribles.

“Ils ont laissé le feu et les ruines dans leur sillage. Un témoin nous a raconté comment il a vu de ses propres yeux ces mercenaires prendre des bijoux sur les corps encore tremblants et ensanglantés de leurs victimes.

“Villaplane était au milieu de tout cela, calme et souriant. Enthousiaste, presque revigoré.”

Agé de 39 ans, Villaplane a été condamné à mort avec sept autres personnes et le lendemain de Noël 1944, ils ont été abattus par un peloton d’exécution à la périphérie de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Mercato : Madrid doit informer le PSG qu’il négocie avec Mbappé

Messi, Maguire et Ramos dans la pire équipe européenne de la saison